JE GAGNE MA VIE GRÂCE AUX PARIS SPORTIFS

Bonjour, je m'appelle Aurélien MONNOT alias Dorado et ma mission est de vous accompagner pour devenir un parieur gagnant et d'augmenter vos revenus grâce aux paris sportifs.

XXIV. Attention à l’addiction des paris sportifs !

Bonjour à tous,

Aujourd'hui nous allons aborder un thème très important. Un thème que tous les jeunes qui débutent dans les paris sportifs doivent avoir en tête. Un thème qui peut toucher tous ceux qui lisent cet article. MOI Y COMPRIS !

En effet, les paris sportifs est une activité dangereuse, car tout parieur expérimenté ou non est menacé par l’addiction. De plus en plus de jeunes paris avant 18ans, d’ailleurs j’ai personnellement commencé à l’âge de 17 ans. Le jeu d’argent est comme tout autres formes d’addiction, plus la personne commence tôt, plus elle a des risques de tomber addict.

Il faut donc mettre en garde, tous les parieurs. Que ce soit les expérimentés qui parfois oublient le problème, et les débutants qui le négligent.

Nous allons donc voir ensemble : Qu’est que l’addiction au jeu ? Combien y-a-t-il de joueurs addict ? Qu’est ce qu’un joueur pathologique ? Comment devient-on dépendant ? Que fait l’état pour contrer l’addiction ? Comment se faire aider ?

 

Qu’est ce que l’addiction au jeu ?

La définition de l’addiction au jeu, est clair et net : Il est défini comme une pratique inadaptée, persistante et répétée des jeux d’argent qui perturbe l’épanouissement personnel, familial ou professionnel.  

-

Combien y-a-t-il de joueurs addict en France et dans le monde ? 

La France ne possède pas le record mondial du nombre de joueurs addict. L’Australie reste loin devant avec 7% de la population globale.

La moitié des adultes français a joué au moins une fois à un ou plusieurs jeux d’argent (loto, ticket à gratter, casino, paris sportifs). Ces chiffres sont dû à une étude nationale sur les jeux de hasard, dans le cadre d’une enquête sur la santé de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) à l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Le nombre de joueurs excessif en France a été estimée à :

-400 000 joueurs à risque modéré (0,9% de la population globale)

-200 000 joueurs excessifs (0,4% de la population)

Je pense que nous sommes tous des personnes à risques, tous Hervé, ou moi même. Nous sommes des joueurs pathologiques à risque. Qui n’a jamais ressenti des sensations de se refaire, d’euphorie ? Personnes… Il faut faire très attention. 

-

Qu’est ce qu’un joueur pathologique ?

Nous retrouvons des similitudes, des points communs pour chaque type d’addiction. Que ce soit pour la drogue, l’alcool, médicaments, achats compulsifs, troubles du comportements alimentaire, l’addiction au sport, addiction au sexe (oui ça existe) etc… 

Pour une personne accro aux jeux d’argent, celui-ci en devient une préoccupation permanente. Le jeu a pris une place centrale dans la vie, malgré les résolutions que le joueur a élaborée, il prend trop de risque. Il va faire des efforts répétés pour diminuer sa pratique mais n’y arrivera jamais. Il va retourner jouer ou parier pour se refaire. Pour lui le jeu est un moyen pour fuir ses problèmes. Ce joueur cache à son entourage qu’il joue beaucoup. Lorsque financièrement il ne peut plus jouer, il fait un emprunts à la banque, il vol, détourne de l’argent.

Le profil type du joueur addict, est un homme, célibataire, faibles de revenues entre 26 et 32 ans. Leurs jeux préférés : le grattage, le turf et les paris sportifs. 

Les conséquences d’une addiction, peuvent être fatal pour un homme. Les risques sont importants et la situation peut vite empirer : isolement, perte d’emploi, dépression, envie suicidaire… les relations amicales ou familiales se détériorent, et s’éloignent du joueur. Dans un couple cela se termine bien généralement au divorce. Pour continuer à jouer le joueur emprunte de plus en plus, vend ce qu’il possède pour finir ruiner.

-

Comment devient-on accro aux jeux d’argent ?

Cela est plus facile que la majorité des parieurs peuvent le penser. À mes débuts, j’étais obsédé par ne pas tomber dans l’addiction. Je ne voulais absolument pas devenir dépendant. À l’âge de 17 ans mes parents ne m’ont jamais interdit de jouer, car j’en parlais ouvertement et montrait mes tickets de mises avec 1 2€. Cependant j’ai eu la chance d’avoir des parents qui sans cesse me répétaient de faire attention. Aujourd’hui, c’est pour cela que je me remets TOUS LES JOURS EN QUESTION MA FAÇON DE JOUER ! Je ne rigole pas, tous les jours, j’analyse ma manière de faire. Avant de placer un pronostic, je me demande si je le joue pour me refaire ? Est-ce que je joue par obligation ? Je me pose la question de savoir si durant la journée je n’ai pas eu une attitude exagérée aujourd’hui ? Ai-je respecté ma méthode, ai-je respecté le quota de nombres de paris par jour ? Ai-je respecté ma limite de mise ? 

Moi même je me suis fais peur il y a peu, en effet j’ai commencé à jouer sur les casino en ligne afin de voir si en me fixant des limites je pouvais gagner. Les 3 premiers jours ont été très bon +180€ avant de perdre ces 180€ deux jours plus tard puis -140€ deux jours après. À ce moment là, j’ai eu cette sensation étrange (qui ne m’arrive pas au paris sportifs) de vouloir me refaire, et j’étais limite obsédé par vouloir récupérer les pertes. Dès mon réveil le lundi à 7h, j’ai allumé le PC pour jouer… je gagne 20€ et je fais une pause pour aller me prendre un café. Un café salvateur ? En buvant mon café, je me suis vu dans la glace et je me suis dit « Aurel qu’est ce que tu fais ? Pourquoi tu te lèves pour jouer à la roulette ? C’est pas toi… » 

J’ai donc de suite arrêté et depuis je n’ai plus rejoué au casino en ligne. La sensation que j’ai eu à ce moment là était vraiment étrange. J’étais à deux doigts de devenir accro si je continuais. 

L’addiction se déroule en trois étapes progressives. 

-

Étape 1 : La phase euphorique de gains.

Le joueur commence à jouer, et à gagner. Selon la somme gagné, l’euphorie peut être plus ou moins grande. Le fait de gagner à ses débuts, conditionne le joueur à jouer de manière durable. Le gain est source d’excitation, ce que le joueur va rechercher à tout prix. 

Il va gagner, régulièrement, facilement tout en s’amusant ce qui lui plait et a plu à nous tous.

-

Étape 2 : La phase inévitable de pertes.

C’est à ce moment là que cela devient intéressant. Ce qui est fatal pour un parieur ou bien un joueur c’est l’espérance de gain. C’est cet espoir de gains qui rend le joueur addict. Il veut toujours gagner, mais pas seulement gagner, mais des montants encore plus élevés afin de rechercher ce plaisir. Le joueur pathologique veut surtout SE REFAIRE !

Pourquoi à votre avis avec Hervé, nous vous invitons à vous fixer des limites ? Principalement pour ne pas avoir de pari compulsif, mais réfléchi et le plus fiable possible.

Pourquoi nous vous invitons à vous fixer des objectifs raisonnables ? Pour éviter de vouloir gagner encore plus et ainsi vous contenter de ce que vous avez déjà gagner. « Sortir de la table du casino au bon moment » 

Pourquoi nous vous disons d’analyser dans les moindres détails les différentes rencontres ? Plus vous analyserez moins vous jouerez… car ce qui fait un joueur pathologique c’est parce qu’il a une espérance de gains. Ce qu’il oublie c’est plus il joue, plus il a le risque de perdre. 

On me reproche parfois de ne pas assez parier malgré de bons arguments. Peut être parce que un de mes objectifs principal est de ne pas perdre et préserver ma BK. Ma Bankroll est mon outil de travail, si je ne l’ai plus, je ne peux plus parier. 

Cette phase de perte inévitable peut durer des années, voir des décennies sans que cela ne soit une catastrophe. C’est lorsque le joueur perd de l’argent qu’il ne pouvait pas se permettre que cela devienne un gros danger. Ces pertes seront inconcevable pour le joueur et voudra absolument récupérer cet argent. 

-

Étape 3 : Le désespoir. 

C’est à ce moment là, que le joueur devient accro. Le joueur a perdu de l’argent nécessaire à sa survie, ou la survie de sa famille. Il est pris de panique, et n’a plus rien à perdre selon lui. Il n’hésite pas à voler de l’argent, emprunter pour jouer et se refaire. Il est prêt à miser sa vie pour retrouver l’argent qu’il a perdu, (dans les film, ils misent leur fille). 

À ce stade, le joueur est dépressif, nostalgique de la période positive de ses débuts. Il a honte, se sent coupable. Il n’y a plus aucun plaisir à jouer au jeu. À ce stade, certains se suicide pour solutionner leurs problèmes. Dans le jeu plus qu’ailleurs, les pensées suicidaires sont fréquentes. 

-

Que fait l’Etat Français pour contrer l’addiction ?

Pour contrer ce phénomène et le risque de l’addiction de la population. L’Etat Français a mis en place en 2010 : l’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeu En Ligne). L’ARJEL est censé protéger les joueurs des jeux d’argents. En effet, l’Etat impose un cahier des charges aux bookmakers souhaitant entrer sur le territoire français. 

L’ARJEL les obligent à respecter certaines règles afin que le français ne se fasse pas arnaquer ou voler son argent par des bookmakers frauduleux. 

Je reviendrai dans une prochaine Chronique sur l’ARJEL en vous faisant part de mon avis. La chronique sera délicate à traiter pour ne pas se faire censurer ou être attaqué pour diffamation. 

-

Comment se faire aider ?

Vous pensez être addict, ou bien vous ressentez des signes d’addiction : Joueurs Info Service (09 75 74 13 13, appel non surtaxé) répond 7 jours sur 7 de 8h à 2h du matin au joueur ou à ses proches. Les appels sont confidentiels et anonymes.